Roadmap

Point d’étape – janvier 2023

Voir le billet précédent ici – La feuille de route 2023-2025.

En résumé

J’ai eu Delphine, future adhérente de l’association AMT, à qui j’ai confié mes hésitations. Cela n’est jamais facile d’avancer dans le vide, d’entreprendre sans un modèle apparent.

Nous sommes en phase de lancement et j’avoue qu’on peut s’y perdre un peu, elle m’a donc demandé de résumer les changements pour 2023.

J’ai pitché de cette façon :

Nous proposons des services pour les télétravailleurs indépendants.
Notamment une banque de mission ouverte et solidaire.
Pour 2023, l’adhésion est fixée à 5 EUR et limitée à 120 personnes.

Ensuite Delphine, m’a très joliment rappelé que “La peur n’évite pas le danger, elle est donc inutile“.

Je garde cette “information” pour un prochain billet…

Est-ce que ce résumé suffit ?

Pas pour moi. Je vais faire une présentation concise (slide ou vidéo), car comme tout le monde, j’ai perdu la volonté de lire sur le web. Même dans le cadre d’un achat… Disons que nous sommes tous des victimes du “One Click“, cette stratégie qui a fait la fortune de Jeff Bezos, patron d’Amazon :  (on trouve d’ailleurs un livre à ce sujet, sur… devinez où ?)

Voici donc quelques notes supplémentaires. Sachant que je vais améliorer ce billet en discutant avec plusieurs Cyberworkers, des apprenants et les candidats à l’adhésion.

Ce dont je suis certain 🙂

Nous sommes une association à but non lucratif !

À l’inverse de la SARL Cyberworkers.com, que j’ai créée en 2000, je souhaite que ce projet soit associatif. J’ai déjà développé plusieurs associations dont CVStreet, nous éviterons les pièges.

En tout cas, comme je le disais dans mon billet sur la genèse du projet, les statuts rédigés en 2002 décrivent le projet actuel. Étonnant, non ?

Ce dont je suis absolument certain ; ce projet sera collectif et hors de question de me mettre en avant. Je ne peux plus entreprendre seul, j’y perdrais beaucoup et j’ai déjà donné.

L’AMT va récupérer de nombreuses idées et travaux que j’ai réalisés depuis 96. Notamment le site cyberworkers.com et la page Télétravail sur Facebook. Et bientôt, je prévois de lancer teletravailleurs.com, qui sera la vitrine du projet “Les Compagnons du Télétravail“.

Cela veut dire quoi AMT ?

AMT est notre sigle ! Le nom déposé en 2002 est “Association Euro-méditerranéenne du Télétravail (Sigle : AMT)”. Un peu long… par contre j’ai déposé cette année le nom de domaine amteletravail.fr que je trouvais joli. Je souhaiterais avoir teletravail.fr ou teletravail.com mais ils sont pris ! Pour teletravail.com, c’est une personne qui habite à la frontière Espagnole et qui squatte le nom de domaine depuis 15 ans. Grand bien lui fasse. Pour teletravail.fr, c’est un confrère depuis de nombreuses années. J’ai toujours eu de bons échos sur lui.

Dispositif de formation

En plus de la réalisation de bilans de compétences et de nos actions de formation continue, nous créerons un titre professionnel et un dispositif pédagogique adapté aux télétravailleuses et télétravailleurs indépendants.

Avec Les Compagnons du Télétravail nous souhaitons proposer un système d’apprentissage compagnonnique, comme les Compagnons du Devoir ou les compagnons Emmaüs. Concept : “je te forme, tu formes à ton tour“.

Modèle économique

Nous limitons le nombre d’adhésion à 120 personnes pour 2023.

Rappel : Chaque prestataire rattaché au FIF-PL, dispose de 750 EUR de budget annuel de formation, qu’il est contribué ou non. Voir cette page.

Nous pourrions donc prévoir 90 K€ de recettes annuelles (750 EUR x 90 formations), ce qui nous permettra de financer notre développement (car nous ne souhaitons pas avoir un modèle axé uniquement sur le bénévolat).

En attendant, nous sommes actuellement 2 permanents : moi et Patrick. Plus les membres du bureau et des intervenants ponctuels.

J’ai aussi lancé un appel à participation pour pouvoir identifier d’autres intervenants ponctuels et les futures recrues.

Création d’un système d’échange et d’entraide distanciel (SEED)

Nous allons mettre en œuvre un système d’échange local (SEL).

Connaissez-vous les SEL ? Cela existe depuis 1930… Voici une image que j’ai trouvée sur Wikipédia et qui illustre le principe :

Système d'échange local
Les échanges locaux se font à l’aide d’une unité. Généralement, une unité équivaut à une minute.

Voir aussi : 

Notre unité d’échange sera le “TS” (pour téléservices).

Exemples d’utilisation des TS

  • 1 mission apportée (issue de sa prospection) = 5 TS
  • 1 prestation de 3 heures pour un autre adhérent de l’asso (mécénat de compétence) = 5 TS

Voir les contreparties, telles qu’exposées sur la page Banque de missions ouverte et solidaire. Je pense que cela peut tout à fait être compatible. De plus des plug-ins WordPress savent très bien faire cela, comme MyCred ou GamiPress, voir cette page qui fait un comparatif des solutions de Gamification.

Règles du SEED

Une fois que nous aurons choisi notre unité d’échange, nous devrons définir des règles pour éviter tout débordement. :

  • Dès l’adhésion, la personne a 5 TS.
  • Pour chaque contrepartie effectuée, une évaluation est donnée (soit par un membre, soit par un personnel de l’association)
  • Système basé uniquement sur les jetons, pas d’échange d’argent.

Des règles et contraintes seront définies lors d’une prochaine réunion du collectif. Nous devons absolument éviter une chose : “je donne et je ne reçois rien”, ainsi que tous les comportements toxiques et autres tricheries.

Delphine m’en parlait et je ne vais pas citer de nom, mais par exemple certains diffusent des fausses offres de mission et/ou font faire des tests gratuits pour avoir des prestations à l’œil.

Ce que nous ne sommes pas

Question d’un futur formateur

Nous allons démarrer prochainement les formations “Devenir téléformateur”. A cette occasion, une personne m’a demandé :

“Quelle est la différence entre consultant et formateur ?”

Pour répondre, j’évoque la société de l’information dans laquelle nous vivons et comment chacun prend sa place.

  • Apprenant : reçoit des informations afin d’acquérir un savoir-faire, puis une compétence, puis un bloc de compétences et enfin un diplôme !
  • Internaute : reçoit et transmet des informations (souvent relaie une opinion)
  • Bloggeur : créée des informations (didactiques, subjectives ou pour vendre quelque chose implicitement)
  • Influenceur : donne des informations qui peuvent se révéler fausses (voir le drama “Margali Berdah et le CPF“).
  • Journaliste : vérifie ses informations avant de publier et en principe reste neutre (respect de la charte de Munich), sauf à vouloir faire de l’éditorial.
  • Consultant : commercialise des informations (obligation de moyens et non forcément de résultats)
  • Formateur : transmet des informations, si possible objectives, pour que le destinataire acquiert une ou des compétences
  • Prestataire : ne donne pas la totalité des informations (c’est son fonds de commerce) et exécute le travail ! (enfin cela dépend la façon de travailler)

La grande différence entre un consultant et un formateur : nous donnons les clés, mais n’ouvrons jamais la porte à la place de l’apprenant.

Concernant les influenceurs et les formations magiques : il est facile de manipuler une audience en vendant du rêve et ceci uniquement pour ses intérêts.

Pour revenir sur la responsabilité de chacun, quand on regarde la dernière campagne de la fondation Abbé Pierre, on constate qu’il existe d’autres façons de faire passer des messages. Ceci dans le fond et la forme.

Nous aiderons ceux qui le veulent

C’est ainsi que l’AMT ne pourra jamais réaliser de prestations sans une volonté d’amélioration des compétences et de formation continue des personnes.

Ce qui est motivant : plus je discute avec les Cyberworkers, les personnes formées, mes contacts LinkedIN et ceux qui veulent rejoindre ce projet, plus je m’adapte.

Plus je comprends que nous devrons appliquer une rigueur et un formalisme dignes des grandes associations mais aussi penser à soi, à nous et s’amuser à co-construire ce dispositif.

Nous ne sommes pas éternels, et faisons tout cela avec plaisir et bienveillance (beurk ce mot est trop galvaudé) afin de transmettre ce que nous avons de meilleur en nous.

Si j’avais voulu gagner de l’argent, je me serais lancé dans l’intérim, mais alors quelle tristesse de devoir exploiter la précarité professionnelle ! Je ne parle pas dans ce billet du chômage, je considère comme d’autres que c’est une chance.

Qui suis-je pour critiquer ceux qui ont besoin d’aide ? Je voudrais simplement dispenser ce qui m’a été proposé. Et pendant des années j’ai dit du mal de Pôle Emploi, alors que nous avons des conseillers extras !

Pour finir, voici pour une boutade, et si vous m’avez lu jusqu’au bout, vous comprendrez ce que je veux dire…

Mise à jour au 24 janvier 2023

Depuis le 7 janvier nous avons enregistré 46 adhésions, il reste donc 74. Cette information se met à jour dynamiquement (j’ai créé un compteur et l’insère à plusieurs endroits de nos sites, c’est motivant).

De fait, j’ai mis à jour la feuille de route concernant la mise en place du SEED , car je ne m’attendais pas à un tel succès.

Création d’un compte sécurisé pour les adhérents

  • Création de compte Google Workplace pour l’ensemble des adhérents
  • Les comptes Google permettront un accès sécurisé à l’extranet des membres
  • A chacun d’utiliser des outils performants comme la mise à disposition de son agenda (très utile pour vos clients et prospects), un Drive pour le groupe, Classroom pour l’apprentissage et Google Meeting pour nous réunir.

Création d’un extranet

  • Cet extranet, utilisera GamiPress ou MyCred et sera les fondations du SEED.
  • En attendant l’Extranet devra permettre à chacun de se présenter, de créer un flux d’actualités, d’échanger sur un forum et d’accéder aux premiers services, dont la banque de missions (ouverte et solidaire).

En attendant, pour ceux qui veulent avoir des coordonnées des prospects de la banque de missions (avec le logiciel actuel sur Cyberworkers.com) merci de me contacter en prenant RDV ou sur mon portable (WhatsApp ou SMS) : 06 37 93 12 82.

 

Publié par

Cyril SLUCKI

Cyril intervient depuis 1996 dans le domaine du télétravail en accompagnant des chercheurs d’emploi et des créateurs d’entreprise via des dispositifs en ligne et présentiels.

Index